À cœur ouvert – 2ème partie

Avant de commencer cet article, je tenais à remercier, sans prétention, les nombreux messages tout aussi positifs qu’encourageants de mon dernier article « À cœur ouvert – 1ère partie ».

On se retrouve donc pour cette deuxième partie « À cœur ouvert », qui concerne principalement le fait que la Mode m’a permis petit à petit à être celui que je voulais être et enfin assumer certaines de mes « différences » comme certains pouvaient le penser. À la fin de ma troisième année de collège, j’ai rencontré un homme, avec qui j’ai pu longtemps découvrir un monde qui me paraissait effrayant, absurde, mais malgré tout un moyen de m’exprimer physiquement, dans le sens où je me suis vite rendu compte qu’il en fallait peu pour montrer un autre style que j’adoptais pour me fondre dans la masse: basket, jeans, manteau, un style qui ne me correspondait point du tout. En cherchant, autour de moi, j’ai compris que le monde était fait de personnes aux styles atypiques et tellement intéressants (gothique, punk, chic, bohème,…) et cela m’a fait comprendre qu’on pouvait donc s’exprimer physiquement par un style vestimentaire qui lui appartient vraiment, sans vouloir faire comme les autres dans l’optique de se faire accepter malgré tout, ce que je commençais cependant à faire. Manteau long, bottines, jean slim, col roulé; un look plutôt « chic » (mot que j’aime peu), voilà ce que je pensais être mon style, je dis « penser » car encore à ce jour je me cherche physiquement afin de comprendre réellement de quoi j’ai envie pour vivre ma vie future sans me sentir mal dans ma peau.

Processed with VSCO with hb2 preset

Sortir du lot ? Oui, mais comment y arriver quand ces personnes sont toujours en face de vous pour vous planter des bâtons dans les roues. Comment faire quand vous avez mon âge, que vous vous questionnez sur vous-même, au point même de vous renfermer, pour éviter les « tu es bizarre », « c’est quoi ce mec ? », « quel style de pédé », « habillé comme une meuf celui-là ! »,… et j’en passe. Comment ? Je pense que je n’aurais aucune réponse, du fait que la société d’aujourd’hui à malgré tout, encore des clichés, du genre, « les gothiques sont tous cruels », « les gars maniérés sont tous gay »,… qui font de ces personnes aux styles peut-être atypiques, mais point différents, des « bêtes de foire » ! Pitoyable, non ? Je ne dirai jamais « différent », car comme je le dis toujours, certains les penseront différents, mais eux se sentiront normaux ! Tout comme le fait de dire « Je suis gay ! ». Un hétéro ne dit pas qu’il est hétéro, c’est normal; alors pourquoi un gay devrait-il le dire dans le sens où lui aussi se trouve normal ? Telle est ma question.

Attention, j’ai aussi des styles que je n’aime pas forcément, et ce n’est pas pour autant que je vais les juger, ou carrément les insulter. Je vais chercher à mieux les connaître au-delà de ce qu’ils renvoient physiquement.

J’ai tellement parlé de « Mode » à mon entourage, que l’ont me catégorise bien trop souvent dans cette case du jeune homme qui n’aime que ça. Certes je dessine beaucoup de vêtements, mais je porte néanmoins d’autres centres d’intérêt: la danse, le chant, la photographie, et bien d’autres. Je me questionne même sur ce que je pourrais amener de plus à la Mode, mis à part des idées de tenues, voir des nouveaux moyens techniques de les concevoir dans de meilleures conditions écologiques… Comme dirait ma grand-mère: « Tu as la vie devant toi, concentres-toi pour l’instant sur ce que tu fait, et pense à demain quand tu seras réellement dans le vif du sujet ! », une phrase juste mais tellement vraie.

IMG_8717[1]

IMG_8718[1]

Pour finir, j’aimerais apporté cependant, mon point de vue sur la Mode aujourd’hui.

De nos jours, les modes se font avec ceux qui les lancent et de ceux qui les suivent. Malheureusement, elles prennent de plus en plus pour cibles les enfants, utilisant pour cela le support des médias. Chaque fois, cela m’attriste, car j’y vois l’influence de la mode, dans ce qu’elle a de plus négatif : cultiver l’avoir et le paraître. Mes parents m’ont souvent expliqué, malgré le fait que certaines tenues de blogueurs me font rêvés, à ne pas céder à cette influence et que l’originalité consiste, non pas à être à la mode, mais à ne pas l’être.

C’est ainsi que je conclus mon article, en espérant qu’il vous aura plu, en attendant vos avis avec plaisir !

xx

Julien.

 

Publicités

À cœur ouvert – 1ère partie

C’est un peu une mise à nu que je vous exprime sur cet article, afin que vous en sachiez un peu plus sur ma personnalité.

Je n’ai, contrairement à ce que beaucoup de personnes peuvent penser, aucune confiance en moi. En effet, par rapport à ce que je peux montrer sur le blog ou bien sur les différents réseaux sociaux, dont Instagram, je ne possède pas cette « assurance » qui peut très certainement se dégager de par mes photos par exemple. Je suis de ces personnes timide et réservée lorsque je ne connais pas, mais si cela s’échappe vite par la suite, j’ai toujours cette part de moi où je me dis: pourquoi ? pourquoi je ne me sens pas bien physiquement, mentalement ? J’essaye malgré ce que je peux entendre souvent: « tu es très bien comme ça ! », à me dire, Julien relève la tête et crois en toi ! Mais bien que cela soit facile à dire qu’à faire je prends sur moi et continue… et dans cette continuation je prends en compte également les critiques qui parfois me font réfléchir.

Processed with VSCO with a4 preset

Les critiques j’en reçois très peu à ce jour, le lycée a été une de mes échappatoires, mais j’ai eu une partie de ma vie, celle de la primaire et du collège très redoutable, au point de vouloir en finir. J’étais ce garçon entouré de mille et une copines, d’ailleurs je faisais rager ce groupe de garçons prêts à tout pour tomber dans les bras de cette jolie blonde, dommage pour toi petit gars, notre amitié valait bien plus. Mais la bande que je formais avec elles était mon seul moyen de m’assumer avec mes propres choix et passions, on avait beau me forcer à jouer au foot, non moi c’était plutôt la robe de la copine qui me fascinait, encore aujourd’hui. Je ne pouvais en aucun cas exprimer davantage ce que je voulais être, un gars normal ne demandant rien à personne, si ce n’est, la paix,  de peur que ma vie ne deviennent encore plus, cauchemar éveillé. Se retrouver enfermé, frappé, insulté à toutes les pauses en criant « au secours » mais retenu par sa main sale, me donnait cette sensation de fuir l’école et de plutôt rester terrer chez moi, en vain. Je ne remercierai jamais assez mes parents pour m’avoir remis sur les bons chemins de la vie et affronter celles des idées noires que j’avais chaque soir.

Processed with VSCO with a4 preset

Malgré cela, avec mes différentes expériences et les années qui passent, j’ai su m’adapter et me forger cette espèce de cuirasse qui ne cesse de s’endurcir et ne laisse rien transparaître, afin de me protéger notamment. Je ne vais pas vous l’apprendre, il y a énormément de mauvaises personnes, qui vont tout faire pour essayer de vous détruire pour aucune raison valable, ou pour simplement leur satisfaction personnelle malsaine. Une de mes seules échappatoires se trouvait être le dessin, le fait de ne pas pouvoir être moi-même faisait en sorte d’être encore plus renfermé que je ne l’étais de base. Mon réconfort se trouvait alors dans ces lignes et tracés, souvent abstraits.  Ce qui me permettait en soi de me créer sur feuille une vie beaucoup plus idyllique que celle que je vivais. J’ai ainsi découvert par le biais de magazines ou de personnes passionnés par la mode, notamment Thierry Marin, ancien styliste chez lequel j’avais effectué mon stage en classe de troisième, ce que j’aimais réellement: la mode.

La mode qui petit à petit m’a permis d’avoir bien plus confiance en moi…

À suivre.

xx

Julien.

Road Trip italien

Me voilà de retour, pour vous parler de mon Road Trip italien que j’ai pu effectuer ces deux dernières semaines (vous l’avez peut-être vu sur mon Instagram @julientlze), qui était bien mouvementé…

Afin de partir, j’ai tout d’abord organisé mon voyage comme il le fallait (sortie de territoire, et bien d’autres…), je suis parti en compagnie de ma soeur et de Sabrina, notre organisatrice et  « guide » qui nous encadrait tout au long. On m’a souvent posé la question du comment j’avais fait pour partir, j’ai tout simplement pris contact avec Sabrina, et de l’agence IGESA afin de discuter et planifier notre séjour, aussi bien par le budget que les visites et lieux que je voulait absolument voir en parallèle de ceux qu’ont nous préparaient.

Je suis donc d’abord parti de Rennes jusqu’à la gare de Milan afin d’aller vers Florence, ma première destination.

Florence, je l’ai visité pendant trois jours, et nous étions pendant ce temps hébergés dans un ancien monastère, devenu auberge de jeunesse, qu’est Santa Monaca Hostel, aux prix ressonnables et un accueil plutôt positif. J’ai arpenté les lieux phares, tels que la Cathédrale Santa Maria del Fiore, San Niccolo (permettant d’admirer les hauteurs de Florence de jour comme de nuit) ou encore les jardins Boboli, vide à mon goût. Les repas du midi étaient faits de piques-niques à la bonne franquette, si vous voyez ce que je veux dire… et le soir j’avais la chance de me remplir la pense dans un restaurant situé à deux pas de l’hôtel. Je retiens ussi ma rencontre avec @choinnnnn et @g.d.r.g.n.0818, deux Asiatiques au style vestimentaire tellement atypique, semblable à des blogueuses modes, en vain.

Processed with VSCO with hb2 preset

Look: Chemise H&M

Processed with VSCO with hb2 preset

En compagnie de @choinnnnn et @g.d.r.g.n.0818

Processed with VSCO with hb2 preset

Jardin de Boboli – Look: Short Pull&Bear

Processed with VSCO with hb1 preset

 

 

Dès le quatrième jour, j’ai pu faire un saut vers Lucques, une ville de Toscane connu pour ses villas et palais comme celui de Pfanner et son célèbre jardin. J’ai également contemplé les environs et frôlé une rencontre avec Robbie Williams et les Rolling Stones, de passage pour un festival le même jour. L’Eglise Saint-Martin, ou celle de San Michele, toutes deux de styles romans, étaient d’une beauté architecturale, que mes yeux admiraient les moindres détails de ces dernières. Cette journée ne pouvait continuer sans une fameuse glace italienne, qui n’était pas si différente que celle de France… Après cela, me voilà parti vers Pise, afin d’en apprendre sur cette tour devenue le monument culte, qui à ma grande surprise me parut peu grande et d’une esthétique peu remarquable. La tour étant penché en raison du sol peu adéquat pour y construire une telle chose pareil… la visite de Pise était aussi accompagné par un passage vers la Cascina et le Dôme de Sainte Marie, qui couvre la Place de la Cathédrale.

Processed with VSCO with hb2 preset

EATD8837[1]

Place de la Cathédrale – Intérieurs de la cathédrale de Pise

Processed with VSCO with hb2 preset

La suite de mon séjour, était à Viserba di Rimini, une province faite d’une plage aussi somptueuse que les nombreux hôtels qui s’y trouvaient, dont l’Hôtel GIN, dans lequel j’ai séjourné durant 4 jours. Malgré le personnel beaucoup trop affectif à mon goût et un service positif, cela c’est quand même très bien déroulé. La chaleur et le soleil (que je ne trouvais pas en Bretagne avant mon départ) m’ont permis de profiter de la plage qui se situait en face de l’hôtel, et l’occasion d’y faire la rencontre d’un groupe d’italien, dont un français, avec qui je garde de nombreux souvenirs ! Nos retrouvailles sont déjà presque programmées xx 

L’hôtel proposait une salle de musculation en plein air, autant vous dire que pour les adeptes, rien de mieux ! 

J’ai passé également une excellente journée dans le plus grand parc aquatique d’Italie, Aquafàn, et avoir un dj au milieu d’une piscine, et en dégager une ambiance digne d’Ibiza, me restera inoubliable. L’entrée du parc étant de 30euros par personnes.

RJAY5153[1]

Me voilà parti vers Venise… une des villes que j’attendais au tournant, et à mon arrivée j’ai été submergé par la beauté des architectures mais déçu par la ressemblance régulière des ruelles que j’empruntais, facile de se perdre… Heureusement, j’ai réussi à me rendre sur la Place Saint Marc et visiter le fameux Palais des Doges (au centre du pouvoir politique de Venise). Les célèbres gondoles, impossible d’en faire, de par la nombreuse fréquentation, et le prix qui était excessif tel que 100 euros la demi-heure, non merci ! Le vaporetto (l’équivalent d’un bus en France, mais sur l’eau) était tout aussi bien, et m’a permis de bouger d’un endroit à un autre en un rien de temps, et ainsi de me rendre sur les incontournables îles de Murano et Burano, faites de mille couleurs et de ponts.

Processed with VSCO with hb2 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb2 preset

Processed with VSCO with hb2 preset

Burano

Processed with VSCO with hb2 preset

Jouer les apprenti photographe…

Processed with VSCO with hb2 preset

Et voilà c’est ainsi que s’achève mon Road Trip Italien, évidemment j’ai été à l’essentiel concernant ce séjour, mais j’en retiens un nombre fou de souvenirs. J’espère que cet article vous aura plu et n’hésitez pas à me donner votre avis ou vos questions…

xx

Julien.

 

 

Hyloa, le shopping des influenceurs ?

Ce samedi 8 Juin 2017, a été, dès mon réveil très mouvementé, de par mes préparations concernant mon voyage d’un mois en Road Trip italien si je peux dire (rire) qui se déroulera à partir du lundi qui suit, mais aussi marqué par la présence du Showroom d’@hyloa à Rennes cette après-midi, l’occasion pour moi d’y faire un tour !

Hyloa ?!

Hyloa est une marque de vêtements d’on l’idée principale est de pouvoir trouver des tenues identiques à celles des influenceurs que l’on peut trouver sur Instagram,… et ainsi de permettre à un public principalement féminin d’adopter le look de leurs « fashion influencers ». 

1499531363206

Dès mon arrivée au sein de ce showroom j’ai tout de suite été immergé dans l’ambiance bohème qui c’en dégageait et j’y ai ressenti une ambiance chaleureuse aussi bien par le décor, que par le personnel qui s’y trouvait. La présence de cocktails à l’entrée, l’initiation au henné, d’un DJ et des stands,… étaient tels qu’à peine les avoir vus j’ai tout de suite accroché sur ces derniers. Ce showroom m’a également permis pour la première fois, de m’initier au henné.

Processed with VSCO with hb2 preset

Shirt from Pull&Bear (19€99)

1499531442849

Avoir été sur cet événement, m’a non seulement permis de voir que malgré les vêtements que certains influenceurs pouvaient avoir (de somme parfois excessive), est non seulement mis à la disposition d’un public à la recherche de pièces semblables avec un tarif beaucoup moins élevé ! Cette idée n’est peut-être pas nouvelle, mais pour la première fois que je la vis, je n’en suis pas mécontent et cela prouve qu’il n’y a pas besoin d’être la plus célèbre ou la plus « riche » pour adopter un look tout à fait à la une !

L’influence de trop ?!

Pour finir, malgré mon avis positif sur cette marque, qu’est @hyloa, j’en ai pas moins un avis négatif sur ces influences parfois trop extravagantes à mon goût. Trop de paraître, trop de superficiels,… en bref trop de « fake » qui malheureusement fonctionne sur de nombreuses personnes qui tentent parfois d’adoptés des modes qui ne sont même pas adopté par leur propre « influenceur favoris ». Heureusement ils ne sont pas tous comme ça… peut-être que cela changera avec des personnes qui auront le même avis que le mien mais pour l’instant ce n’est pas le cas.

J’espère que cet article vous aura plu, et n’hésitez pas à me donner votre avis sur cette marque si jamais vous la connaissez-vous aussi, et pourquoi pas votre opinion sur « l’influence », niveau Mode ou autres… que l’on peut apercevoir autour de nous.

Insta – @julientlze

Site Hyloa – https://hyloa.com

xx

Julien.

Une « Acne Skin Routine » ?

Il y a peu de temps, j’ai eu l’idée de rédiger un article concernant ma « Skin Routine » (routine de la peau FR), et malgré le fait que ce thème soit souvent abordé sur la plupart des blogs beauté, j’avais envie moi aussi de partager la mienne, qui est principalement concentrée sur une peau acnéique à laquelle je dois faire face actuellement… et Dieu c’est à quel point les personnes qui en souffrent aiment lire des témoignages, des astuces,…(pour la plupart).

Je ne vous cache pas que ma peau est loin d’être la plus concernée par l’acné… c’est pourquoi lorsque j’ai eu l’occasion de rencontrer des professionnels en la matière, on m’a précisé que ma peau était seulement faites de marques et de plaques qui s’estomperaient par la suite… grâce à deux produits testés dermatologiquement.

Routine ?!

Pour éviter au maximum l’apparition d’imperfections, mon premier réflexe c’est d’appliquer sur mon visage (matin et soir), le Gel Nettoyant Cleanance de chez Avène (8€), quotidiennement à la fin de ma douche (pour réduire aussi l’apparition des bactéries).

Conseils: Une des meilleures façons de se laver aussi bien le corps que le visage, c’est de commencer par se laver à l’eau chaude et de se rincer à l’eau froide permettant dans un premier temps aux pores de s’ouvrir et par la suite de se fermer. Et cela a également un effet bénéfique pour la circulation du sang mais aussi pour le cuir chevelu. 

J’applique le matin la crème anti-imperfections Effaclar Duo de chez La Roche Posay (12,70€), et le soir une crème prescrite spécialement pour ma peau, Cutacnyl de chez Galderma (ses deux produits étant adaptés pour une peau en légère présence d’acné et selon l’avis de votre médecin dermatologue).

Photographie par @oceane_tlze (à droite: les produis cités précédemment)

Bénéfique, résultats,… ?!

Je dirais que les résultats après l’utilisation de ces deux derniers ont été positifs (moins de rougeurs, de marques,…) mais il reste encore du temps avant de vraiment avoir une peau net comme je le voudrais.

J’ai conscience que l’acné est éphémère et qu’un jour j’en serais guéri… mais écrire cet article permet d’avoir mon ressenti sur comment je la vis au quotidien pour le moment. N’hésitez pas vous aussi à me donnez votre avis concernant l’acné et vos solutions si jamais vous y avez eu recours également.

xx

Julien.

Je défile pour ESMOD Rennes !

Si je décide de consacrer un article à ma première expérience en tant que mannequin pour un défilé de Mode c’est que ce dernier a été pour moi, l’occasion de côtoyer pendant 24h, un domaine dans lequel j’aimerais me développer…

Le commencement…

J’ai reçu quelques questions concernant mon admission en tant que mannequin et ma réponse serait, que de bouche-à-oreilles j’ai réussi à obtenir ma place après maintes et maintes demandes, je ne le vous cache pas… Et la direction de l’école @esmodrennes a su me donner ma chance !

La matinée du 26 Juin 2017 (date du défilé), au sein de la Halle Martenot (Place des Lices, à Rennes) était consacrée aux répétitions et le stress se faisait déjà ressentir malgré l’enthousiasme de chacun à l’idée de défiler… étant nouveau j’étais dans un premier temps seul ou du moins en connaissances de très peu de personnes mais l’équipe concernant les essayages et ceux qui les entourent étaient, pour ma part, toujours à ma disposition quoi qu’il arrive.

Quelques heures à attendre…

Nous voilà prêts pour défiler, mais il restait une étape celle de la « makeup touch » comme je pouvais l’entendre, et malgré le travail des maquilleuses j’ai quand même été surpris du résultat final que je trouvais moyen et j’entendais les avis venant des autres mannequins qui n’étaient pas plus mélioratifs… « trop simple, étranges,… ».

Processed with VSCO with a6 preset

Photographie par Jean-Charles Devigne

Il m’est aussi arrivé une « querelle » durant la session coiffure… en effet, malgré la gentillesse des coiffeurs, ils m’ont quand même bien mis une catastrophe capillaire (cheveux en volume, bouclés, lissés et j’en passe…), qui m’a amené à tout enlever et à me coiffer moi-même (rire). Malgré cela, j’ai quand même passé un bon moment puisque durant ces préparations qui étaient au sein même de l’école, nous avions à volonté un buffet fait de milles bonnes raisons de se remplir la panse…

Quelques minutes…

Vers 18h30, il était temps pour chaque mannequins d’enfiler les tenues réalisées par des étudiants même de l’école ESMOD Rennes, et pour certains d’ESMOD Paris…

Processed with VSCO with a5 preset

Photographie par @axel_saint_john

Les deux tenues que j’ai pu porter m’ont assez plu et j’ai été curieux par le choix des matières qui étaient vraiment agréables et mystérieuses au toucher, et dommage que je n’ai pas pu rencontrer les créateurs de ces deux dernières, car je les aurais félicités comme il se devait !

C’est parti !

Et voilà venu le temps pour moi de monter sur scène malgré l’attente qui se faisait longue dans les coulisses (j’étais tellement stressé et enthousiaste à la fois !), mais lorsque j’y étais, c’étais vraiment sympa de pouvoir montrer les tenues aux publics et de transmettre le fait, que même débutant, on puisse se lancer dans une telle expérience (qui je l’espère n’est pas la dernière), même si les fautes étaient présentes et j’en apprend bien évidemment !

( à base de vidéos)

J’espère que cet article vous aura plu, et j’aurais l’occasion de vous montrer certaines vidéos concernant ce défilé prochainement sur mon Instagram @julientlze mais en attendant voici ci dessous un retour en vidéo de cet événement, filmé et réalisé par EYK (www.eykfrance.com).

xx

Julien.